La dernière Chasse

modranvdark_post

Le vieux chasseur se penche en avant, le visage prêt du feu.

– La dernière chasse du Deviljho ? Encore ? Vous ne voulez pas que je vous en raconte une autre ? Non ?

Ses yeux se perdent dans les flammes, comme s’il revoyait des scènes lointaines. Puis sa voix se fait entendre, dans un murmure rapidement montant.

– Pour comprendre l’importance de cette chasse, il faut comprendre la relation que les chasseurs avaient avec le Deviljho. Cela faisait des mois qu’il s’invitait dans les chasses du village.

Vous pouviez être en train de suivre un Rathalos à la trace, ce qui, croyez-moi, n’est déjà pas une partie de plaisir, et soudain, de derrière un pan de montagne, vous aperceviez cette masse de cuir émeraude. Cette gueule au menton recouvert de durillons pointus gros comme mon poing. Et là votre cœur s’arrêtait un instant…

J’ai connu des chasseurs qui ont arrêté à cause de ça.

Car le Deviljho… Le Deviljho est un peu comme un grand chien farceur. Il adore arriver dans votre dos pour vous pousser du menton. Il vient vous prendre dans ses bras – la seule chose ridiculement petite chez lui – dès qu’il vous voit, ou vous saute dessus pour vous montrer son affection. Sauf qu’il fait le poids d’une montagne. Et que ses crocs sont gros comme ma tête.

Un silence s’installe autour du feu.

– Et puis la demande est arrivée de la guilde. « Chasser le Deviljho ». Ça avait l’air si simple, écrit comme ça sur un bout de papier grand comme ma main. Mais ça voulait dire autre chose aussi : jusqu’ici, il nous avait semblé invincible. Impossible de le tuer, ou même de lui faire mal. Mais là, la guilde nous disait que c’était possible.

Possible. Pas simple. Juste possible. Mais c’est déjà une différence énorme. Grosse comme un durambouros !

La première chasse s’est mal finie. Le chasseur a été retrouvé inconscient – quelle chance – au pied du volcan où le Deviljho avait fait sa tanière. Il a récupéré, nous a dit qu’il savait ce qu’il devait faire, ce qui lui manquait, et il est reparti. Après avoir pris tout ce qui lui manquait, et croyez-moi qu’à la réflexion, il était parti un peu léger question équipement. Comme si le Deviljho était n’importe quel Jaggi. Son sac devait être grand comme moi !

La chasse en elle-même n’a pas d’importance.

Ce qui est important, ce fut la fin. Et pour ça, je ne vais pas faire appel qu’à ma mémoire, je vais faire aussi appel à votre imagination…Imaginez-vous… Imaginez vos membres presque brisés par les coups de queue d’une créature capable d’exploser des rochers. Votre corps meurtri par des crocs capables de déchirer la cuirasse d’un Agnaktor. Votre armure portant les marques des protubérances de son menton, rappelez-vous, grosses comme mon poing, j’ai dit. Votre visage brulé par cette espèce d’acide noire qu’il crache de temps à autre. Vos chakas sont morts, leurs petits corps brisés derrière un rocher quelconque.

Vous n’avez plus rien pour faire passer la douleur. Potion, méga-potion ? Hah ! Potion ancestrale ? Vous avez brisé la fiole vide de rage sur son épiderme. Secrète ? Vous ne savez même plus à quoi elle ressemble. Plus d’herbe, de champignon. Plus d’énergie.

Il vous semble que vos bras sont si fatigués que votre corne de chasse pèse le poids d’un Aptonoth mâle. Plus la moindre bombe de bouse pour l’obliger à lâcher prise lorsqu’il vous plaque au sol. Et lui ? Tout semble aller bien pour lui.

Vous passez vos options en revue. Une viande teintée fournie par la guilde. Pourquoi pas. Si ça marche, il sera paralysé quelques secondes, et vous aurez au moins la fierté (vide de sens) d’avoir duré encore un peu.

Et là, soudainement, vous le voyez s’arrêter, vous tourner le dos, et traînant la patte, s’éloigner.

Traînant la patte.

TRAÎNANT LA PATTE !

Il souffre. Il est affaibli.

Pourquoi ne l’avez-vous pas vu plus tôt ?! Vous n’étiez pas si bien préparé, finalement. Mais ce n’est pas grave. Il souffre. Il est affaibli. Si tout se passe bien, demain, vous aurez un nouveau trophée sur votre mur.

Un trophée gros comme un Deviljho.Et encore, y a pas d'humain pour donner une idée de la taille.

4 thoughts on “La dernière Chasse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *