Conte de Noël – la Roche aux Fées

En Bretagne, dans le village d’Esse, vous pouvez trouver la Roche aux Fées.
Ce dolmen a une histoire particulière, que voici.
A une époque dont la précision a été perdue dans les brumes du temps, deux maisons en bordure d’Esse se réveillèrent par un matin d’été le souffle embué et les volets grinçants de givre. Intrigués, les habitants se rassemblèrent autour du phénomène. Au bout de quelques heures d’étude et de préchi-préchas, force fut de constater l’inefficacité du soleil à contrecarrer ce givre intempéré. De plus, il semblait grignoter peu à peu du terrain et atteindre les maisons alentours.
Pendant que les anciens cherchaient dans leurs mémoires la survenance passée d’un phénomène proche, que les adultes tentaient vainement de briser ce givre menaçant de se transformer en véritable glace des familles, les enfants partirent, avec l’esprit aventureux de la jeunesse, en quête de réponse à la source du problème.
Ils eurent tôt fait de revenir, les joues rougies par le froid, revêtir de lourds vêtements avant de repartir s’égayer en groupes disparates. Lorsqu’ils se réunirent à nouveau, ils parvinrent à 2 conclusions qu’ô miracle ils parvinrent à faire entendre à leurs parents: le froid s’étendait par vagues concentriques (on se doute qu’ils n’utilisèrent pas ces termes exacts) et en son centre se trouvait le dolmen.
Le dolmen. Un tas de pierre sans nom que les habitants d’Esse, à force, ne voyaient même plus. Que faire?
Un voyageur tout de noir vêtu, à qui on avait accordé l’ hospitalité quelques jours avant, s’approcha alors et intervint. Un peu sorcier, juste ce qu’il fallait pour être honorable, il leur dit pouvoir trouver solution à leur problème, mais il lui fallait pour cela au moins deux fées.
On se dispersa dans la forêt en chercher. Après moult effort, ce furent trois fées qui furent déposées à ses pieds (la quatrième s’était échappée). Pendant ce temps, l’homme avait tressé des liens de marguerite qu’il attacha tout doucement aux chevilles des fées. Puis, il adapta des vêtements d’hiver de nourrisson à leurs frêles silhouettes, s’habilla lui-même de lourdes fourrures et partit vers le dolmen suivi d’une masse de villageois.
Une fois arrivés et restant tout de même à distance, ils le virent s’affairer autour du dolmen puis poser dessus une, deux, trois fées.

A chaque fois, il semblait lier la tresse de marguerites à la pierre. A chaque fois, celle-ci luisait doucement avant de disparaître.

A chaque fois, la fée partait en tourbillonnant le long du granit, enlevant couche après couche de vêtements à chaque giration.

A la deuxième, les plus aventureux enlevèrent leurs cache-nez.

A la troisième, le changement de température était palpable. En quelques heures, tout était revenu à la normale.

Interrogé, le voyageur répondit:
“Votre pierre devenait trop froide,
Alors je l’ai faite Roche-aux-fées.”

50 ways to live your Lone Wolf – Partie 6

Intéressons nous à la 4e partie (Update 17/11: rajout des numéros de chapitres à chaque étape) :

Holmgard

Ceci est une ville.

Comme dit au chapitre Macro, celle-ci est subdivisée en 4 sous parties:

  • en bleu, A, 1 chapitre réservé
  • en rouge, B, 11 chapitres réservés
  • en vert, C, 15 chapitres réservés
  • en jaune, D, 2 chapitres réservés (et un 3e hors caméra).

Ceci est un plan d’une ville

On remarque immédiatement que les seuls chapitres communs à plusieurs sous-parties sont au début (5 chapitres) et à la fin de la partie (3 chapitres). Continue reading

Qui est ce ?

Non, désolé, pas d’article sur Loup Solitaire cette fois-ci. Je suis en vacances !

Et comme je suis en vacances et loin de chez moi, je me suis retrouvé avec un “Qui-est-ce ?” entre les mains. Si vous ne vous en souvenez pas, rapidement, le principe du jeu:

  • Chaque joueur a 24 tuiles représentant chacune un des personnage du jeu
  • Il a une autre tuile qui le représente
  • Il doit deviner quel est le personnage de l’autre joueur au moyen de  questions sur l’apparence du personnage permettant une réponse du type Oui/Non (exemple: Joueur 1: “Est il chauve?”. Joueur 2: “Non”. Le joueur 1 abat toutes les tuiles de personnages chauves).

En observant les différentes tuiles, j’ai vu 19 individus de sexe mâle, et 5 de sexe femelle. Réflexion interne immédiate: “Un peu sexiste, ce jeu !” (et je n’ai pas été le seul, visiblement). Puis j’ai compté le nombre d’yeux bleus. 5. Le nombre de personnes frisées. 6.

Et j’ai compris 2 choses:

  • que le sexe n’est qu’une caractéristique du jeu
  • que le jeu est, à sa manière, bien réfléchi.

Je comprends complètement le problème rencontré par la petite fille de 6 ans qui a écrit à Hasbro pour se plaindre du manque de femme, mais je ne compte pas rentrer dans cette polémique. Cet article est purement orienté game-design et statistiques. Continue reading

Projet Loup Solitaire Désossé – Sommaire

Le projet: étudier la construction du tome 1 de la série Loup Solitaire dans la catégorie Livre dont vous êtes le Héros (LDVELH), entre autres pour identifier les différents chemins possibles, les intentions de l’auteur et comment se construit un LDVELH.

Si le projet vous intéresse, gardez cet article dans un coin, je le mettrai à jour à chaque nouvel article.

L’origine de ce projet est la redécouverte, suite à un déménagement, de ma collection de Livre dont on est le Héros, en particulier de la série Loup Solitaire.

Après avoir refait les 6 premiers livres, et redécouvert le fait que des objets d’un tome pouvaient servir dans un autre, je me suis demandé s’il y avait un chemin optimal à travers cette série. Puis, de manière plus générale et comme j’ai un intérêt particulier pour les statistiques, j’ai voulu lui ouvrir le ventre et farfouiller dans les entrailles pour comprendre un peu les arcanes de la création d’un LDVELH.

Voici la liste des articles actuellement en ligne:

 

50 ways to live your Lone Wolf – Partie 5

modranvdark_post

On m’a récemment fait  remarquer, sur un sujet tout à fait différent, que j’avais une tendance marquée à rentrer directement dans le détail. Et c’est clairement le cas dans cette série d’article, donc, pour le 5e, on va prendre un peu de recul.

Vue GPS (Guidage Par Sorcier)

Pour commencer, voici la carte fournie dans le tome 1. Pour plus de lisibilité, je vous ai rajouté une flèche bleue pour le point de départ du tome 1 et une orange pour la destination finale. 

Où est Loup Solitaire?

Continue reading

50 ways to live your Lone Wolf – Partie 3

modranvdark_post

Depuis la dernière fois qu’on s’est croisés, j’ai fini par mettre le nez (tiens, même démarrage que la dernière fois) dans cette histoire de Projet Aon. Et j’ai découvert que quelqu’un avait déjà fait l’arborescence avec laquelle je me bats sur Gephi. Elle est même dynamique, claire et permet d’accéder aux différents chapitres.

Je vous le cache pas, j’ai eu un instant de défaitisme, en mode “bon ben en fait, ça existe déjà ce que je fais”. Sauf qu’en fait, non. Leur arborescence me fait gagner du temps. Mais elle manque d’informations.

Du coup, après quelques captures d’écran, et – bien sur – de faux départs, on passe, sur les 56 chapitres qui compose le début, de ça:

Cliquez pour la version agrandie

A ça:

Tome 1 - Partie 1 MaJ

Cliquez aussi pour la version agrandie

Continue reading

50 ways to live your Lone Wolf – Partie 2

modranvdark_post

Depuis la dernière fois qu’on s’est croisés, j’ai fini par mettre le nez dans les tutos de Gephi. Bien m’en a pris, j’ai pu rendre les choses un peu plus lisibles pour moi, en particulier en faisant varier la taille des nœuds en fonction de leur nombre de degrés (ie le nombre de liens entrants et sortants). En revanche, le manque d’une fonction ctrl+z se fait cruellement sentir, comme dans la vraie vie. Je dois sauvegarder avant chaque manipulation un peu majeure.

De plus, les algorithmes de rangement automatique ne correspondent pas à mes besoins. Visiblement, les gens qui les ont développés (et il y a des articles scientifiques associés à la plupart) n’ont pas fait face à ma problématique – avoir des chapitres qui se suivent et les ranger au maximum dans le même sens (ici, de bas en haut) en minimisant les liens qui se croisent.

Enfin, le fait de ne pas pouvoir ouvrir plusieurs Gephi en même temps pour travailler en parallèle sur plusieurs éléments, mais à la place devoir ouvrir des espaces de travail dans le même projet et non liés à la même source de données font qu’on est loin d’avoir un outil parfait pour moi.

Néanmoins, l’aspect visuel aide beaucoup à la compréhension. Mais j’y reviendrai. Avant ça, nous allons répondre à la question: “Quel est le plus court chemin”

Continue reading

50 ways to live your Lone Wolf – Partie 1

modranvdark_post

Ca vous est déjà arrivé de vous demander quel était le chemin optimal à travers un Loup Solitaire? Combien de chemins existaient? Les chances de mourir?

Non? Ah. moi oui. Vous savez même pas qui est Loup Solitaire? Ah. On va juste prendre quelques lignes pour résumer ça, ceux qui connaissent, vous pouvez descendre directement au chapitre “Le projet”. Après avoir pris une minute à la mémoire de Joe Dever avant.

Loup Solitaire

Loup Solitaire est une série particulièrement connue de Livre dont on est le Héros, des bouquins qui ont fait fureur dans ma prime jeunesse. Ces livres étaient des histoires à vivre, découpées en chapitres dans lesquelles le lecteur évoluait en fonction de ces choix. Un paragraphe typique contenait une description liée au choix précédent, puis une indication de prendre une décision et d’aller au chapitre correspondant. Un exemple étant plus parlant:

loup-solitaire-extrait_162

Ainsi donc, le chapitre 162 propose d’aller en 258 si une discipline particulière est disponible, en 127 sinon.

Chacune de ces décisions peut engendrer une perte de points de vie (et la mort en leur absence), un combat, un gain ou perte d’objets, etc. Ce qui nécessite donc une fiche récapitulative du personnage. Certaines résolutions étant liées au hasard, on y trouvait une “table de hasard” permettant de tirer un chiffre entre 0 et 9.

Une sorte de partie de Jeu de Rôle condensée, simplifiée, et en solo (à quelques exceptions près) en résumé.

Continue reading

Fifty – Une histoire en 50 mots

modranvdark_post

Comme il faut toujours que je me disperse, j’ai décidé, pour la 2e fois officielle et la 3e fois officieusement, de participer au concours de fifties de Saint-Epondyle. Qu’est ce qu’un fifty, me demanderez-vous? Un fifty, c’est une histoire en 50 mots maximum. Plus un titre.

Par exemple (tiré d’ici):

Le peintre apporte les dernières touches à son tableau puis observe son oeuvre. Ses doigts effleurent les reliefs puis sa main s’enfonce dans la toile. Il avance, traverse complètement la toile et cherche sa place au milieu des pigments. Il prend la pose et attend que ça sèche. Autoportrait.

Et ben c’est pas simple. Ma première participation n’avait pas été travaillée, en mode “J’ai envoyé mon texte 10 minutes après qu’on m’en ait parlé”. A noter que la plupart des articles que j’ai publiés sur ce blog sont des 1ers jets aussi, la plupart du temps parce que sinon, l’épée de Damoclès du “boh-qui-ça-peut-intéresser” s’abat, et je ne publie jamais l’article… Au moins, 50 mots, ça se retravaille plus vite (j’ai pas dit facilement). Ca a donné ça: Continue reading